POLLUTION INTÉRIEURE

Opération grand frais à la maison Publié le 15 mars 2018

Opération grand frais à la maison

On parle beaucoup de la pollution extérieure, mais contrairement aux idées reçues, l’air est bien plus vicié dans nos intérieurs que dehors. Les bons réflexes et les moins bonnes idées.


En 2014, l’Anses avait évalué à près de 20 000 le nombre de décès prématurés provoqués chaque année par les six polluants intérieurs les mieux étudiés.

On aère même en hiver

Il ne fait pas toujours bon être à la maison. L’air y serait même beaucoup plus pollué que dehors. En cause, les appareils de chauffage, le matériel informatique, le tabagisme ou encore des composants chimiques provenant des meubles, des matériaux de construction ou des produits ménagers. En 2014, l’Anses avait évalué à près de 20 000 le nombre de décès prématurés provoqués chaque année par les six polluants intérieurs les mieux étudiés*. Or, entre le bureau et la maison, nous passons environ 85 % de notre temps enfermés entre quatre murs. Pour renouveler l’air confiné, il est indispensable d’aérer la maison et le bureau en ouvrant grand les fenêtres, et ce, même s’il fait froid. Combien de temps ? Au moins une dizaine de minutes par jour et, si possible, plusieurs fois dans le journée.

Attention aux faux amis

De nombreuses personnes ont recours à l’encens ou encore aux bougies parfumées pour assainir et rafraîchir l’air. Cependant, une récente étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a mis en garde les consommateurs contre les polluants dégagés par ces faux amis – en particulier l’encens. Traditionnelle, la combustion du papier d’Arménie provoque également la formation de composés organiques volatils toxiques.

Des huiles essentielles par micronisation à froid

Avec leurs pouvoirs antibactériens, antiseptiques et antiviraux, certaines huiles essentielles peuvent purifier naturellement l’air et apporter une odeur de frais. Spécialiste en aromathérapie, Danièle Festy recommande une formule associant des huiles essentielles de pin sylvestre, de thym à thymol, de lavande officinale, de girofle, de citronnelle, d’arbre à thé, de genévrier commun, de cannelle de Chine et d’eucalyptus globulus à raison de 2 ml de chacune de ces huiles auxquels on ajoute 2 ml d’essence de citron. Il existe aussi des complexes prêts à l’emploi. Reste que les huiles essentielles doivent être de qualité et ne pas être chauffées mais diffusées via un process de micronisation, qui n’altère pas leurs propriétés.

 

Le plus « qualité-prix » EvoluPharm : LES DIFFUSEURS PHARM’ ESSENTIEL 

En hiver, la diffusion d’huiles essentielles est parfaite pour assainir l’atmosphère des pièces à vivre et prévenir les épidémies (grippe, rhume, etc.). PHARM’ESSENTIEL, d’EvoluPharm, propose deux diffuseurs : un nomade sur batterie à emporter partout et une version programmable pour paramétrer ses horaires et durées d’action.

Le plus ? Leur procédé de diffusion par nébulisation à froid qui préserve l’intégrité des huiles essentielles garante de leur efficacité. À associer avec les complexes pour diffuseur (Air Pur et Respiration) à insérer directement dans le diffuseur en toute simplicité.


Prix publics conseillés :

Diffuseur nomade 49,90 €,
Diffuseur programmable 79,90 €,
Complexes pour diffuseur (5 références) 5,90 €.

Plus d'informations dans "Nos Produits"

 

* Source : Étude exploratoire du coût socio-économique des polluants de l’air intérieur – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail – 2014.