FERTILITÉ MASCULINE

L’ hygiène de vie, ça compte aussi Publié le 14 septembre 2017

L’ hygiène de vie, ça compte aussi

Plusieurs études révèlent une diminution continue de la concentration du sperme chez les hommes. Outre les facteurs environnementaux, l’hygiène de vie fait partie des causes régulièrement pointées du doigt. Zoom sur quelques habitudes à repenser pour mettre toutes les chances de son côté.

Avec le concours du Dr Charlotte Methorst, chirurgien urologue
Avec le concours du Dr Charlotte Methorst, chirurgien urologue

au Centre hospitalier des Quatre Villes, à Saint-Cloud.


L’’infertilité du couple pourrait avoir une origine masculine ou mixte dans 30 à 50 % des cas.

LE TABAC

La fumée de cigarette contient plus de 5 000 composants chimiques. Conséquence, le plasma séminal des hommes tabagiques est un environnement toxique pour les spermatozoïdes nuisant notamment à leur nombre, leur vitalité et leur mobilité.

LE CANNABIS

Plusieurs études ont montré que la consommation de cannabis modifiait l’équilibre hormonal masculin et féminin nécessaire à la reproduction. Chez les hommes, elle se traduit par une diminution de la production de sperme et de la morphologie des spermatozoïdes. Si certains travaux doivent être confirmés, le principe de précaution devrait prévaloir chez les couples désireux d’avoir un enfant.

L’ALCOOL

La consommation aiguë d’alcool chez les jeunes, et notamment le phénomène du binge drinking (alcoolisation expresse) nuit à la spermatogenèse.

L’INACTIVITÉ

Le manque d’activité physique est également nuisible. Hypothèse avancée ? L’inaction maintiendrait davantage les testicules au chaud tout en faisant le lit du surpoids et de l’obésité.

L’ALIMENTATION

Une alimentation équilibrée est associée à de plus grandes chances de conception. Certaines études soulignent les bienfaits du régime méditerranéen, tandis que plusieurs pointent du doigt les régimes riches en viande transformée, en produits laitiers, en gras et en sucre. Le surpoids et l’obésité ont une incidence négative sur la fertilité et diminuent les chances de succès de l’assistance médicale à la procréation.

LES FRUITS ET LÉGUMES CHARGÉS EN PESTICIDES

La consommation de fruits et légumes contenant beaucoup de pesticides pourrait affecter la spermatogenèse, selon une étude de l’Harvard Medical School de Boston publiée en 2015 (1). Si les résultats doivent encore être confirmés, les auteurs suggèrent de privilégier la consommation de produits « bio ».

LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Certaines maladies infectieuses sexuellement transmissibles comme les infections à papillomavirus humains peuvent également être impliquées dans l’infertilité masculine. Les sociétés savantes recommandent la vaccination HPV également chez les hommes.

LE WIFI ET LES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES

Les ondes électromagnétiques sont régulièrement mises en cause dans l’augmentation des cas d’infertilité masculine. Le principe de précaution invite à ne pas garder son smartphone dans la poche.

 

1/ Revue Human Reproduction – mars 2015 – enquête sur 338 recueils de sperme analysés entre 2007 et 2012.